SENEGAL : (221) 30 114 00 08 _ MAURITANIE (222) 33 84 74 15 _ GUINEE BISSAU : (245) 590 20 10 _ MALI : (223) 72 69 12 02 infos@lordibra.net

Le mot « élection » tire son origine du mot latin « electio », qui veut dire choix. Une élection est donc un choix porté au moyen d’un suffrage, qu’on peut désigner autrement par un vote. Dans un état de droit, une élection est l’expression d’une décision voulue de chaque individu faisant partie de la société et qui dispose d’un droit de vote.  

Lorsqu’une personne est élue, les instances compétentes lui octroient la légitimité nécessaire pour exercer le pouvoir conféré par la fonction sujette de l’élection. Ces caractéristiques sont à inscrire dans toutes les formes d’élections. Une élection est finalement un processus démocratique et rationnel exempt de toutes les emprises d’une quelconque Ochlocratie (régime politique dans lequel la foule impose sa volonté). 

Dans une démocratie, la politique se doit d’être une résultante directe de l’expression d’un vote. Elle doit être organisée et exercée pour servir les intérêts de toute la société loin de l’égocentrisme et de la poursuite d’intérêts personnels. « Il faut de la vertu dans une république… » écrivait Montesquieu, l’idéal commun doit l’emporter sur les considérations individuelles. 

La politique d’une société ou d’un Etat dans son essence, doit obéir à une constitution rédigée qui définit sa structure et son fonctionnement.

En Afrique, les élections « présidentielles » ont souvent été le théâtre d’affrontements pour la plupart violents entre les « partisans du changement » et les forces de l’ordre défendant la légitimité du président sortant. Tout ceci est contre l’idée même de la démocratie. Une démocratie est un système « politique » dans lequel le peuple a le droit au chapitre, le droit à la manifestation pacifique et à la décision de rompre avec un gouvernement qui pense contre ses intérêts (intérêts du peuple). Cependant, la démocratie n’est pas l’absence de lois. La voix du peuple ne se résume pas qu’à l’expression d’une frange de sa population, tout le monde avec son droit de vote peut choisir pour qui il veut voter. Ce n’est pas contre le patriotisme que de voter pour un candidat qu’on a choisi, c’est de ne pas entendre la voix des autres qui l’est, souvenez-vous de cette célèbre maxime « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. »

Votez dans le respect de l’altérité ! Que votre opinion, vos convictions personnelles ne nuisent pas à la liberté des autres, une nation se construit aussi sur les différences, c’est ce qui fait que les choses s’améliorent ; Sans contradictions, sans débats, …il n’y a pas d’évolution tout ce qu’on gagne c’est une involution de la conscience collective. Que l’intérêt de votre nation l’emporte sur les intérêts de vos cours et de vos maisons.

Translate »
Share This

Share This

Share this post with your friends!

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :